Moni Viking retrouve la France avec des ambitions

Depuis la création du Prix d’Amérique Races ZEturf Legend Race, en 1920, les trotteurs français trustent la plus haute marche du podium avec près de trois-quart des victoires (73%). Un constat inchangé à la lecture du palmarès de la précédente décennie, au cours de laquelle Maharajah (2014) et Readly Express (2018) ont été les seuls trotteurs étrangers à s’imposer.

La route menant à la convoitée Legend Race débute par la Qualif#1, ce dimanche à Paris-Vincennes où 5 trotteurs européens, nés hors de nos base, font leur entrée dans les Prix d’Amérique Races ZEturf.

1. Valzer Di Poggio (6 ans) : impossible de se tromper sur sa nationalité puisqu’il défend les couleurs « vert-blanc-rouge » de la casaque de la Scuderia Mistero. Bien qu’il soit issu d’une mère italienne, son père n’est autre que le top étalon Love You. Depuis son arrivée dans les boxes de Jean-Michel Bazire, à l’été 2019, Valzer Di Poggio ne cesse de repousser ses limites et demeure invaincu cette année en 11 tentatives ! Il monte sensiblement de catégorie mais son mentor ne tarit pas d’éloges et a choisi de le piloter.

3. Calle Crown (6 ans) : sous la férule de Tomas Malmqvist – l’homme de Tumble Dust qui préside désormais à la destinée de l’Ecurie Hunter Valley -, Calle Crown connait Paris-Vincennes sur le bout de ses sabots puisqu’il s’apprête à disputer son troisième Meeting d’hiver d’affilée. Ce standarbred s’est déjà imposé 3 fois dans le Temple du Trot et culmine à plus de 70% de réussite dans les trois premiers. Sa forme est certaine, lui qui vient de s’imposer à Paris-Vincennes. Il sera drivé pour la première fois par Franck Nivard.

6. Moni Viking (7 ans) : ce fils du champion Maharajah, lauréat de la Legend Race 2014, est un modèle de polyvalence. Né en Norvège, il a fait les gros titres de la presse spécialisée en remportant avec brio le Grand Prix d’Aby, son premier Groupe I, drivé par Björn Goop. A l’instar de Calle Crown, Paris-Vincennes n’a plus de secret pour lui. 3 de ses 5 victoires sur le mâchefer parisien ont eu pour théâtre les 2700 mètres de la grande piste, soit le parcours de la Qualif#1.

8. Looking Superb (7 ans) : dauphin de Bélina Josselyn dans la Legend Race millésime 2019, la révélation scandinave  de l’hiver 2018/2019 n’a pas confirmé lors du meeting suivant. Troisième de la précédente édition de la Qualif#1, sa meilleure performance lors des douze derniers mois, il n’a rien montré de probant pour son retour à la compétition dans le Prix des Cévennes. Ferré, ses chances de briller sont maigres et son entraîneur lui a attribué un émoji rouge.

14. Tony Gio (8 ans) : né dans la pourpre, ce fils des champions transalpins Varenne et Ilaria Jet peut se targuer d’avoir battu des cracks de la trempe d’Aubrion du Gers et Bold Eagle. Il défend comme Face Time Bourbon les couleurs de la Scuderia Bivans et est entraîné par Sébastien Guarato. Avec plus d’un million d’euros de gains, sa qualification pour la Legend Race ne devrait logiquement pas poser de problème. Certes, il vient de décevoir pour sa reprise de contact avec Paris-Vincennes, mais il se présente dans la Qualif#1 sans ses fers, bénéficie de la confiance du Sulky d’Or Eric Raffin et affiche un record de 1’11’’3 sur le parcours.